Jeune programmeur travaillant sur un ordinateur avec un logiciel de codage.

Combien de plugins WordPress peut il supporter ?

Ce qu’il y a de bien avec WordPress, c’est qu’avec une poignée de plug-ins, on transforme son site comme l’on veut. En boutique, en centrale de réservation, en école abritant des cours et formations, etc.. Bref, les extensions c’est vraiment du bonheur.

Oui, mais il ne faut pas oublier que de nombreux bugs sur le site sont le fait des plug-ins. De par l’incompatibilité de certains entrent eux, ou de mauvais problèmes de codages.

Sans compter que s’ils ne sont pas mis à jour, du côté du site, ou de son développeur, cela risque d’être une source d’entré de pirates informatiques, ou autres personnes aux intentions douteuses.

L’accumulation de plug-ins dans WordPress

Lorsque l’on démarre un site, il n’y a souvent que les plug-ins basics qui sont installés, comme pour faire fonctionner les contacts, ou pour la sécurité.

Malheureusement, avec le temps qui passe on en rajoute. On arrive vite à avoir la colonne du tableau de bord qui défile sans fin pour tous les trouver.

Trop de fonctionnalités = Trop de ressources sollicitées ?

C’est ce que l’on peut penser. Si le site web déborde de fonctionnalités, cela risque de pomper sur les ressources allouées par l’hébergeur.

Cela doit faire penser qu’avant de choisir un plan d’hébergement, il faut tout prendre en compte. Il n’y a pas que la bande passante du trafic qui compte.

Les plugins WordPress disponibles

C’est énorme ! Prés de 60000 plug-ins environ peuvent être téléchargés, soit sur WordPress.org soit chez des sociétés indépendantes pour l’utilisation de leurs services.

La surenchère à l’installation de nouvelles extensions peut vite être prise.

Et bien que tous les plug-ins ne fonctionnent pas tous en même temps il peut y avoir un ralentissement de votre site. Et bien souvent, cela ne vient pas du nombre, mais de leur qualité de codage.

Les plug-ins les plus légers

Léger n’est pas le bon mot. Il faudrait dire ceux qui ralentissent le moins votre site web.

Par exemple, il y a les ponctuels, ceux dont vous vous servez pour rédiger un article et le mettre en forme. Les extensions ont Gutenberg, ne tournent que lorsque vous écrivez.

En ligne, c’est la même chose. Les formulaires de contact ou d’inscription a une newsletter ne sont sollicites que temporairement.

Les plug-ins les plus lourds

Les plug-ins pour fonctionner envoient des requêtes HTTP au serveur. Plus le nombre de requêtes est important, plus le serveur sera sollicité. Ce qui implique une augmentation des ressources utilisées. Cela demande aussi un temps de traitement élevé, donc un temps de chargement plus lent pour votre site.

Les plug-ins de sauvegarde. Je ne parle pas de ceux que  l’on lance ponctuellement, mais ceux qui tournent presque en continu, les Live Backup, associes a une boutique e-commerce, dont le trafic est important peuvent souffrir de ce ralentissement.

La base de données est déjà fortement sollicitée, lors de la consultation des produits, les paniers d’achats, les fonctionnalités telles que celles permettant d’ajouter sur le site des produits en favori, etc…

Les boutiques en ligne

Pour l’E-commerce des solutions existent. Mettre en caches les pages que l’on peut, et prévoir un hébergement dédié au commerce en ligne.

C’est simple, et ça fonctionne, puisque de nombreux hébergeurs proposent l’hébergement spécial boutique. Cela se traduit souvent par une possibilité plus importante de requêtes au serveur.

Les plug-ins multifonctions, la solution ?

Remplacer 5 ou 6 plug-ins indépendants pourrait se faire par une extension qui soit multi fonctions. Les ressources seraient moindres à occuper le serveur, et la base de données.

Mais est-ce vraiment une bonne chose ? Certains plug-ins ne font qu’une chose, mais ils sont souvent configurés simplement pour ce qu’on leur demande de faire, le tout en étant économe dans leur fonctionnement.

J’ai par exemple un tout petit plug-in, hyper léger dont je ne me sers qu’une fois par an, pas plus. (Post Type Switcher) En un clic, celui-ci transforme une page en article de blog et vice versa.

De plus je peux le désactiver une fois utilisé, chose que je n’aurais pas pu faire dans un plug-in multifonctions.

Réduire les problèmes de compatibilité

L’avantage des plug-ins multifonctionnels est qu’ils réduisent les risques de compatibilité par rapport à une installation avec une vingtaine de plug-ins.

Cela peut entrainer un blocage du site. Prenons un plug-in multifonctionnel des plus connus, JetPack.

Avec lui, une seule mise a jour et nom plus une par plug-in. De plus JetPack est suivi dans son développement, un atout de sécurité supplémentaire, et il fait presque tout :

  • Analyse et des statistiques de site avancées.
  • Sécurité et protection du site.
  • Modification d u poids des images pour accélérer leur temps de chargement.
  • Intégration aux applications mobiles officielles de WordPress.
  • Personnalisation du code CSS.
  • Outils de référencement pour Google, Bing, Twitter, Facebook et WordPress.
  • etc…

Mais une question se pose, avez vous besoin de toutes ces fonctionnalités ?

Prenons l’exemple d’avoir un meilleur poids pour vos images, qui allègent vos pages pour un chargement plus rapide. Et si cette opération vous la faisiez vous-même avec un logiciel photo, en amont de votre publication ?
Ça vous évite d’installer un plug-in supplémentaire.

N’y a il pas d’autres opérations que vous pouvez faire vous-même sans passer par un plug-in, plus pratique certes, mais qui va alléger votre base de données ?

Conclusion

Le nombre de plug-ins n’a pas vraiment d’importance. Tout dépend de leur fabricationet de leur fiabilité. Chaque site Web est différent et vous seul pouvez déterminer ce qui convient le mieux à votre site.

Ne bridez pas vote site juste parce que vous pensez que cela n’irait pas dans l’optimisation de celui-ci, pensez à choisir les bons plug-ins.


Photographie  ©Superohmo

Retour haut de page