Installer un site web sous WordPress

Wordpres est ce que l’on appelle un CMS (Content Management System), c’est-à-dire un système de gestion de contenu open source. C’est avec cet outil assez performant que vous allez pouvoir créer votre site web.

Choisir l’hébergement de votre site WordPress

Il y a énormément d’hébergeurs de sites sur le web, mais ls n’offrent pas tous les mêmes qualités de stockage de vitesse de serveur, de backup…etc…
Il va donc falloir déterminer par rapport à une multitude d’offres et de critères, celle qui conviendra le mieux à votre projet.

De quel hébergement avez vous besoin ?

Le choix de votre hébergement ne doit pas être dicté par le prix, parce que cela ne veut pas toujours dire grand-chose. Bien sûr, un hébergement WordPress dédié sera plus onéreux qu’un mutualisé, mais il faut prendre en compte tous les paramètres qui leur seront alloués par rapport à vos besoins.

Si votre site web n’a que quelques pages qui vont exposer votre offre professionnelle, le choix peut se faire suivant un bon rapport qualité / prix. Par contre, si vous vous lancez dans l’e-commerce, vos choix devront être différents.

Il y a aussi une chose importante à prendre en compte, cesse la réactivité et la compétence du support en cas de problème.
Ayant utilisé de nombreux hébergeurs, j’ai pu constaté de grandes différences, entre ceux qui pour avoir une réponse, il n’y avait que celles des FAQs, et ceux qui avaient un vrai support et qui donnaient des solutions à appliquer, avec en plus une réactivité exceptionnelle.

Vous avez deux solutions pour l’hébergement de votre site.

Vous pouvez faire le choix de laisser toute la gestion technique à une plate-forme d’hébergement WordPress. C’est la solution simple qui va vous permettre de vous lancer rapidement, ou être le seul maitre à bord en choisissant votre propre hébergeur.

La solution auto-hébergée

Avec la plate-forme d’hébergement WordPress.com, vous allez pouvoir ouvrir un site gratuitement sans vous soucier du code. Votre CMS WordPress y sera installé automatiquement. Si ce choix est une excellente chose pour un petit blog de loisirs, il n’en est pas de même pour un site professionnel.

En effet, vous allez être vite bloqué par les limites des ressources offertes. Il faudra donc passer par l’étape supérieure de cet hébergement qui donnera plus d’espace à votre site et qui sera payante. Je ne trouve rien à redire sur le fait de payer un hébergement. Il est normal de payer un service.

Le seul bémol avec cette plate-forme, c’est que les couts deviennent vite élevés, et que pour des prix équivalents, on peut avoir des hébergements que l’on administre soit même qui auront plus de performances.

Choisir son propre hébergeur

Un site sous WordPress demande à la base peu de ressources pour fonctionner. Cependant, lorsque le contenu que vous y ajoutez se développe, ou lorsque vous insérez des plug-ins, ces extensions pour automatiser différentes fonctionnalités, (surtout s’ils ne sont pas très bien codés par leur créateur) votre site devient plus lourd. Les requêtes au serveur seront plus longues à être traitées.

Assurez-vous donc, que votre hébergeur possède à la base, des serveurs dont le temps de réponse soit performant.

les formules d’hébergement de site web

L’hébergement Mutualisé

C’est la formule d’hébergement la plus utilisée. Son prix est souvent bon marché, et peut être modulable suivant le nombre de bases de données qu’il vous faudra. Pour débuter, 1 seule base de données vous suffira pour faire tourner votre site.

Pour schématiser, dans l’hébergement mutualisé, vous avez les sites de plusieurs personnes qui cohabitent sur 1 seul serveur. Cette offre d’hébergement est donc plus abordable puisque les couts de maintenance du serveur son répartis suivant le nombre de sites hébergés.

Le partage des ressources sur un serveur ne pose pas de soucis majeurs parce que pour la majorité des sites, il est plus que suffisant pour leurs besoins. Par contre dès qu’un site voit son développement et sa popularité augmenter, cela va se traduire par de plus fréquentes requêtes sur le serveur mutualisé, qui peuvent finir par empiéter sur les ressources allouées aux autres sites.

Il arrive que dans ce cas votre hébergeur rende inaccessible momentanément la consultation de votre site web, puisque vous mettez en péril l’accès aux autres sites hébergés.

L’hébergement Dédié

Avec du dédié, vous êtes le seul à être sur un serveur. Cela signifie que toutes les ressources du serveur de l’hébergeur vous sont allouées.

Vous aurez un plus grand espace de stockage, plus de RAM, plus de bande passante, et surtout votre site aura une adresse IP unique.

L’hébergement Cloud

Dans un hébergement traditionnel, un serveur abrite votre site. Lorsque l’on parle d’hébergement dans le Cloud, on a affaire à une multitude de serveurs qui peuvent être disséminés, un peu partout, mais qui sont connectés entre eux. C’est un réseau de serveurs en fait.

Mon hébergeur Web

Alors bien sur, lorsque l’on écrit un article sur l’hébergement de site web, …. c’est que l’on à un site qui est hébergé chez un prestataire dédié. Pour ce site, Web-Ref, vous vous en doutez que j’ai choisi un hébergeur réactif en cas de soucis, et donc le rapport qualité-prix est excellent.
C’est pour cela que je suis chez LWS Hébergement.

Vous pouvez toujours aller voir leurs offres, cela n’engage en rien, mais vous permet d’avoir une idée sur toute leur gamme d’hébergement.

Le glossaire de l’hébergement de site web

Voici quelques termes qui reviennent souvent dans le classement des différents hébergements proposés.

  • Multi-Sites : Cela vous dit si l’offre d’hébergement permet d’installer plusieurs sites
  • CPU : Processeur du serveur ou est héhergé votre site.
  • Espace disque : Taille de stockage pour vos contenus
  • Bande passante : volume d’informations pouvant transiter par le serveur
  • Certificats SSL : C’est une clé cryptographique pour sécuriser une connexion entre un serveur web et un navigateur.

Vous le voyez, les offres d’hébergements sont variables. Lorsque vous vous lancez, débuter par un hébergement mutualisé est la meilleure solution. Et si votre site connait un fort développement, vous pourriez facilement changer de gamme d’hébergement chez votre prestataire.

Installer WordPress manuellement

Pour mieux comprendre la structure de WordPress, ce qui vous donnera une plus grande facilité de gestion de ce CMS, voici comment le mettre en place.

Les prés-requis pour l’installation

1 – Téléchargez WordPress :

Pour avoir le code de WordPress dans sa dernière version, il faut aller le télécharger sur fr.wordpress.org/download. Non seulement vous serez à jour sur les dernières innovations qui auront été développées, mais vous l’aurez traduit en français.

Vous allez recevoir un dossier compressé au format Zip, que vous allez rapatrier sur votre ordinateur. Une fois ceci fait vous allez décompresser le dossier en faisant un clic droit dessus. Une fenêtre de différents choix va s’ouvrir et vous sélectionnerez : Extraire Tout !

2 – Téléchargez un logiciel FTP :

Un logiciel FTP, (File Transfert Protocol), va vous permettre de déposer les fichiers que vous avez décompressés chez votre hébergeur. Il y en existe plusieurs, comme FileZilla qui est un logiciel open source.Il est très léger et s’installe en quelques secondes.

3 – Transferez vos fichiers et dossiers :

Votre hébergeur vous a donné vos codes FTP, l’URL, l’identifiant et le mot de passe, que vous allez insérer dans l’onglet gestionnaire de site.

Dans la fenêtre de gauche sur l’image, vous avez la sélection de fichiers WordPress. Dans la fenêtre de droite qui est vide pour l’instant, vous allez y transférer vos fichiers. Soit votre hébergeur ne vous donne accès qu’au répertoire de contenu, et là vous avec l’accès direct, soit vous avez une arborescence de dossier et vous choisirez celui qui se nomme Public_Html

Logiciel de transfère de fichiers.

La base de données pour WordPress

La base de données va stocker tous vos contenus ainsi que diverses informations primordiales pour l’exécution de votre site.

Création de la base de donnée

Cpanel, espace administration

Pour cela vous vous connectez au panneau d’administration de votre hébergeur. Souvent nommé cPanel, c’est un véritable tableau de bord pour configurer toutes les options du site.

En sélectionnant Assistant de Base de Donnée, vous allez pouvoir en créer une en lui donnant un nom choisi par vous. Un mot de passe lui sera alloué.

Création d’un utilisateur

La création d’un utilisateur MYSQL est obligatoire pour faire fonctionner votre base de données. Il se peut, suivant les hébergeurs que l’on vous demande quel sont les droits que vous attribuez a cet utilisateur. Dans ce cas, cochez la case qui donne tous les droits.

Lancer l’installation de WordPress

Voilà, vous avez tout en place pour lancer l’installation de votre CMS. tout est configuré.

La dernière étape

Détails d’installation de wordpress.

Vous allez donc vous connecter à l’URL de votre site suivi de wp-admin (http: //monsite .com/wp-admin/) et automatiquement vous allez être redirectioné sur la page de configuration.

En validant le lancement en cliquant sur le bouton « Allons-y » une fenêtre vas s’ouvrir disant ne pas trouver le fichier config.php. Ce n’est pas un soucis, car il n’est jamais présent dans le code que vous avez téléchargé. Cliquez simplement sur le bouton pour sa création.

A ce moment une nouvelle fenetre s’ouvrira ou vous rentrerez toutes les informations demandées.

Terminer l’installation

C’est presque fini. Il vous suffit de donner un nom au site, d’y joindre son e-mail, où vous recevrez toutes les notifications de gestion de ce site web, puis un mot de passe. En validant, tous se mets en place dans votre hébergement et vous accédez à votre page d’administration de WordPress.

Premiers réglages dans WordPress

Avant même de commencer à publier des articles, il y a quelques réglages de personnalisation à mettre en place.
Ces réglages sont importants puisqu’ils vont définir le fonctionnement de votre site et certains choix vont agir sur le référencement de celui-ci.

Le tableau de bord

C’est un peu la cabine de pilotage du site. Régler, modifier, ajouter, etc… le tableau de bord est au coeur de la gestion du site. Voici donc les premiers réglages que vous allez effectuer.

Sur le volet de gauche, vous trouverez toutes les fonctions d’administration. Nous allons débuter par l’onglet réglage.

Tableau de bord de votre site web.

Régalge Général

La première chose à faire est de renseigner le titre choisi pour votre site ainsi qu’un slogan. Le slogan est un court titre résumant le site. Ensuite c’est au tour de l’inscription de l’URL de votre site web, c’est-à-dire son nom de domaine, qui commencera avec l’attribut HTTP, exemple http// monsiteweb .fr.
Dans le cas ou vous passez en SSL pour avoir un site sécurisé, l’attribut http prendra un s à la fin, ce qui donnera https// monsiteweb .fr.

Si vous faites ceci, n’oubliez pas que le chemin d’accès à votre tableau de bord va changer. Il faudra dorénavant rajouter le « s » à la nouvelle URL.

L’email du tableau de bord

Ensuite vient la case e-mail. C’est l’e-mail que vous rentrerez qui va recevoir tous les messages liés à la gestion du site. C’est à cet e-mail que vous seront envoyées des notifications si vous perdez votre mot de passe par exemple.

Dates et heures

Ici vous pouvez choisir votre fuseau horaire, ainsi qu’un format de date, entière ou abrégée.

Paramétres d’écriture

Les options d’écriture dans WordPress vous permettent de classer par défaut vos articles dans une catégorie choisie.
La partie « Publier par mail » est intéressante puisque vous pouvez par exemple rédiger des articles via votre smartphone, et les publier directement sur votre blog.

Vous n’êtes pas obligé d’avoir le même e-mail que celui de votre espace d’administration. Il faut quand même que l’e-mail choisie soit déjà notifiée dans WordPress, soit comme administrateur soit comme éditeur.

Les options de réglage pour la lecture

Option de lecture et d'affichage du nombre d'articles sur la page d'accueil.

Cette option va modifier votre page d’accueil. Si vous vous servez de WordPress comme un pur blog, vous sélectionnerez que la page d’accueil doit afficher les derniers articles. Dans le cas d’une page modifiée pour recevoir différentes présentations, sélectionnez , une page statique.

Les deux options suivantes vous permettent de définir le nombre d’articles à afficher en première page si vous avez choisi l’option des derniers articles, et en dessous le nombre d’articles qui apparaitront dans le flux de syndication RSS.

Discussion, ou la gestion des commentaires

Paramétres de discution

Les commentaires sont importants dans un site puisqu’ils sont à la base de toute interaction avec vos visiteurs. Avant leurs publications, vous pouvez les recevoir et choisir de les valider ou pas.
Vous pouvez aussi être assez restrictif dans la possibilité de laisser un commentaire, en réservant l’accès aux personnes enregistrées sur votre site.

Les Permaliens

Réglage des permaliens dans wodrpress.

On touche là à une partie très importante.Si la plus part des réglages peuvent être changé pendant la vie du site, cette partie de la personnalisation des URL ne devrait plus bouger une fois réalisé.En effet, les URL jouent sur le référencement.

Si vous changez ces paramètres, cela peut avoir un effet néfaste sur celui-ci. La structure de base de vos permaliens se termine par défaut par un numéro. Il faut impérativement changer cela.

WordPress vous propose cinq options. Quatre structures d’adresses prédéfinies, et une à personnaliser. Le choix le plus judicieux est d’adopter une structure personnalisée.

Premier article avec l’éditeur Gutenberg

L’éditeur de texte Gutenberg peut paraitre un peu déroutant au premier abord. Il suffit simplement de le pratiquer quelquefois pour comprendre son fonctionnement, qui au final s’avère être assez simple, tout en possédant des caractéristiques avancées.

Gutenberg utilise des blocs qui s’empilent dans la page pour insérer le contenu, qu’il soit en texte ou en multimédia.

De plus, vous n’avez plus besoin d’insérer un plug-in pour la création de tableau, l’éditeur se charge de les insérer facilement.

Ouvertures des blocks dans Guntenberg.

Créer un post avec Gutenberg

La page pour écrire un nouvel article s’ouvre sur le bloc pour l’insertion du titre. C’est le seul présent pour l’instant. Vous n’avez plus qu’a le remplir.

Lorsque vous voudrez ajouter du texte par exemple, 2 choix pour sélectionner ce bloc s’offriront à vous. Soit en haut à gauche de votre écran, soit après le dernier bloc utilisé. Vous pouvez aussi appuyez sur la touche ENTREE pour ouvrir un nouveau bloc de paragraphe.

Changer l’URL du titre

Revenons au titre, puisque vous avez la possibilité de changer le lien du futur article. Pour cela, cliquez dans le bloc ou se trouve le lien et un bouton écrit MODIFIER apparaîtra. Faites vos changements et cliquez sur ENREGISTRER.

On peut vouloir changer d’URL pour de multiples raisons. Par exemple, dans le cas de l’exemple, ce fut pour nettoyer l’URL, en lui enlevant les points d’exclamation, et l’apostrophe présents, qui ne servent à rien.

On peut aussi vouloir raccourcir son URL lorsqu’elle est trop longue, ou alors y laisser que les mots important si ce sont des mots clés utilisés dans l’article.

3 Icônes de publication.
Icônes

Icônes de publication

Chaque fois que vous allez utiliser un nouveau bloc, vous allez avoir sur la droite , 3 petites icônes qui vont vous permettre de sélectionner rapidement un nouveau choix. Sur l’image, on trouve l’icône de téléchargement, celui pour l’insertion d’une image et enfin celui pour ajouter un titre.

Sachez que ces icônes ne sont pas fixes, et qu’ils peuvent changer suivant les choix antérieurs que vous avez faits pour écrire votre article. Par exemple si vous avez ajouté souvent un bouton, c’est cette icône qui reviendra au côté des deux autres.

Fonctionnalités plus intuitives

On parlait de bouton. Vous n’allez pas avoir une image de bouton en 3D, là il faudra là télécharger, mais vous allez avoir un bouton qui s’adapte a votre texte comme dans les deux exemples ci-dessous.

Vous allez choisir la couleur de fond, la couleur de la police, et automatiquement en dessous, il y a la case de formulaire vous proposant de saisir l’URL de destination lors du clic sur ce bouton.

De façon très intuitive, vous allez gérer la mise en page de votre article grâce aux blocs divisés en 5 catégories :

  • Les blocs communs qui regroupent les paragraphes, les images, le titre, les listes à puces, le bouton de téléchargement, l’insertion d’une galerie photographique, du son, ou une bannière.
  • Les blocs de mise en forme où l’on trouvera l’ajout de code, la possibilité d’ajouter du HTML, des citations, du texte préformaté, ou encore un tableau.
  • Les blocs de mise en page, avec les colonnes, séparateurs, bouton, saut de page, espacement, ainsi que la possibilité d’insérer cote à côté une image et du texte.
  • Les blocs Widjets, tous vos widjets peuvent être insérés au coeur de votre page, calendrier, commentaires, flux ….
  • Les blocs de contenus embarqués, Twitter, YouTube, SoundCloud, Facebook, et bien d’autres encore.

Bien pratique, vous avez sur le côté gauche des blocs, un petit onglet avec une pointe de flèche.
On l’utilise pour faire remonter un bloc entier ou le faire redescendre dans l’article. On n’a pas besoin d’efface du texte et des images, pour les réinsérer ailleurs, il suffit juste de faire glisser le bloc choisi.

les blocs réutilisables

Lorsque l’on ajoute un nouveau bloc, celui-ci est vide dans l’attente du contenu que l’on va ajouter. Si dans les articles certains styles de blocs reviennent souvent, vous pouvez les dupliquer, ce qui facilitera et vous fera gagner du temps pour la mise en forme de votre article.

Créer un bloc réutilisable

Prenons l’exemple d’une bannière qui fait la promotion de vos services et qui revient souvent dans les articles. La première fois où vous la créer, vous allez sur l’icône à trois points horizontaux, et sélectionnez Ajouté aux blocs réutilisables.

Enfin, nommez le bloc que vous souhaitez réutiliser et enregistrez-le.

Enregistrer un bloc réutilisable avec Gutenberg.

Une fenêtre s’ouvre et vous lui donnez un nom, puis vous l’enregistrez. Ca y est vous avez votre premier bloc réutilisable.

Bloc réutilisable.

Se servir d’un bloc réutilisable

Vous ouvrez la fenêtre d’ajout de blocs, et vous cherchez réutilisables. En cliquant dessus apparait la bibliothèque de vos blocs. Vous n’avez plus qu’à sélectionner celui qu’il vous faut pour qu’il s’insère automatiquement dans votre article.

Tout vos blos peuvent être dupliqués et ajoutés à votre bibliothéque de blocs réutilisables.

La colonne Document et Bloc

Sur la droite de la page où vous écrivez votre article se trouve une colonne. Elle peut se dédoubler en Bloc, ou Document.

Lorsque vous travaillez sur votre article, vous êtes dans un bloc de contenu ou d’image, ou autre. Chaque fois que vous ouvrez un bloc bien spécifique, la colonne de droite change et vous propose différents paramètres à choisir.

Prenons l’exemple du bloc paragraphe, la colonne de droite affichera alors le choix de la police, de sa taille ou même de sa couleur. Si vous êtes dans le bloc pour l’insertion d’une image, la colonne de droite changera pour vous proposer un style de présentation, l’ajout d’une description pour cette image. …etc…

En passant par la colonne Document, vous allez gérer tous les attributs de ce nouvel article, c’est-à-dire le choix de la catégorie, l’ajout de tags, ou d’étiquettes, la publication directe ou différée.

Vous pourrez aussi autoriser ou pas les commentaires sur chaque article, et enfin autoriser les pings et les rétroliens. Ces deux dernières possibilités jouent pour le référencement.

Conclusion

Avec tous les éléments que l’on à abordé, vous allez pouvoir mettre en page plus facilement vos articles, même si tous les réglages possibles n’ont pas ét&é évoqué.

L’éditeur Gutenberg pour WordPress est assez complet, et il mérite que l’on s’y attarde un moment pour comprendre toutes la palette de possibilité qu’il offre.

Cette éditeur est en constante évolution par ses créateurs qui au fils du temps lui rajoutent des possibilités supplémentaires. A suivre donc !

Retour haut de page