Responsive design d'un site web sur un écran d'ordinateur.

Comment optimiser ses images pour un meilleur référencement

Pour que vos images puissent jouer un rôle dans votre référencement, vous ne devez pas les négliger comme de vulgaires photos mises dans votre article simplement pour qu’une illustration soit présente.

Un support textuel va permettre aux moteurs de recherche d’interpréter plus facilement les illustrations.

Avant d’aborder cela, j’ajouterais que l’optimisation de vos images se joue aussi sur leur poids.

Optimiser le poids d’une image

Le poids d’une page étant un des facteurs pris en compte, puisque diminuer le temps de chargement des pages de votre site devient un avantage d’optimisation, il faut donc faire maigrir vos images. Lorsque l’on réduit la taille d’affichage d’une image, celle-ci perd automatiquement du poids.

Pour ne pas vous retrouver avec de toutes petites images, gardez la taille de celle-ci suivant votre choix, et jouez sur sa sortie d’impression, ainsi que sur sa résolution.

Réduction de la taille d’une image

Plus votre résolution est élevée, plus la taille du fichier sera grande. La résolution reflète la qualité ou la densité d’une image, mesurée en points par pouce (DPI). Lorsque vous faites des tirages papier d’une photographie, la résolution demandée pour avoir une belle qualité d’image sera de 300 DPI.

Pour nos écrans, qu’ils soient d’une tablette ou d’un ordinateur, cette résolution peut être 3 fois moindre, tout en conservant un bon rendu de l’image.

Choisisez une sortie 72 DPI avec une qualité plus compacte. La qualité se mesure avec une échelle de 1 à 12 sous Photoshop, privilégiez une mesure de 4.

Réduction de la taille et du poids d'une image.
Réduction du poids d’une image par sa résolution.
Compacter une image volumineuse avec un logiciel.

Le poids des images et le SEO

Dans le classement de vos pages en référencement, le temps d’affichage de celles-ci est un critère pris en compte. Plus le poids sera conséquent, parce que par exemple de nombreuses images non optimisées la composent, moins bonne sera la note de ce critère. Donc plus vous compresserez vos images, plus votre page se chargera rapidement.

Pour ce critére particulier Google analyse le temps de chargement d’une page avec un outil de mesure nommé PageSpeed.

Vous pouvez faire des tests sur vos pages avec l’outil PageSpeed Insights qui va analyser la vitesse d’affichage de vos pages.

Les images en excès de poids

Il se peut que lorsque vous écrivez un article, une image ne soit pas suffisante pour étayer votre propos. Vous désirez donc d’insérer dans la page une infographie. Une infographie c’est un méga image !! donc du trés lourd en perspective, ce qui va doubler le temps de chargement de la page.

Premiérement, il n’y a pas d’inquiétude à avoir sur son référencement. Google par exemple, indexe toutes les images quelques soient leur taille.

Enfin, sachez qu’une infographie est souvent à la base confectionnée avec des fichiers que l’on nomme image vectorielle. Elles sont assez lourdes à travailler, mais une fois l’infographie réalisée, la compression en JPG peut se faire avec un taux de compression très bas.

Nommer ses images

Sortie de votre appareil photo, l’image se présente avec son numéro. Donc, avant même de penser à l’attribut Alt changez le nom en y insèrent un mot clé.

L’attribut Alt, va servir de description. Ici sera ajoutée une courte phrase qui reprendra le mot clé du nom de votre image.

Ce n’est pas la peine d’écrire 150 mots dans cette description en bourrant le texte de mots clés.

Légender les images

Certains CMS vous proposent de légender vos images. Profitez-en pour y ajouter une seconde description, et qui, si elle est différente de celle de l’attribut Alt, elle doit quand même avoir votre mot clé présent dans le texte.
‹img src= »mot-clé.jpg » alt= »description avec mot-clé » title= »Cette photo à été prise dans le cadre d’un reportage« ›
On peut ajouter l’attribut Title. Cela jouera moins pour le référencement, mais pourra être une aide pour le lecteur.

Certains navigateurs affichent une infobulle avec l’apparition de texte, et si l’on veut ajouter un complément d’information, celui-ci sera visible au passage de la souris.
‹img src= »mot-clé.jpg » alt= »description avec mot-clé« ›

Cela est plus aléatoire avec la version mobile d’un site.

Toutes les images doivent avoir l’attribut Alt rempli, puisque cela servira à votre référencement, mais aussi à ceux qui parcourent le web en désactivant les images, ainsi que dans le cas ou le serveur, pour une raison ou une autre, ne l’afficherait pas. L’interprétation en serait quand même possible.

De futurs résultats bénéfiques

Toutes ces étapes d’optimisation peuvent paraitre longues et fastidieuses. Mais pour chaque image, continuez à appliquer ce processus. A force cela en deviendra une habitude égale au temps que vous donnez pour optimiser votre contenu rédactionnel. Et n’oubliez pas que vous finirez par en récolter les avantages en terme de référencement.


Photographie  ©George jmclittle

Retour haut de page