La Prise de Parole en Public

Pour de nombreuses personnes, la prise de parole en public, n’est pas quelque chose de facile, et ceux qui sont à l’aise dans cet exercice, doivent avoir un don à la base. À l’extrême, ils peuvent même croire que certaines personnes sont dotées de la capacité de le faire, tandis que d’autres ne le sont pas, et ils ne pourront tout simplement rien faire pour changer cela.

Parler en public est un art

Si vous faites partie de ces personnes, j’ai une bonne nouvelle pour vous, parceque vous avez à moitié raison et moitié tort !! Il est vrai que parler en public est un art. Cependant, vous avez également à moitié tort, puisque comme pour tout, vous pouvez vous améliorer en apprenant.

Nous allons nous aborder la prise de parole en public, avec la certitude que vous pouvez vous améliorer, si vous êtes prêt à apprendre et à pratiquer les principes de base. Nous vous guiderons tout au long de ce processus. Nous aborderontles différents scénarios que vous pourriez rencontrer lorsque vous prononcerez un discours dans un cadre public.

Structurer votre discours

Chaque discours est différent, parce que chaque sujet, et chaque audience varie. Allez vous donner une formation ? Un discours lors d’un mariage ? Faites-vous un éloge funèbre ? Ou alors donnerez-vous une présentation à vos collègues, clients ou patron sur votre domaine d’expertise ?

Et quelles émotions voulez-vous faire passer pour persuader, convaincre, ou influencer ? Un discours se structure par le temps imparti, ainsi que par la préparation du contenu et la méthode de divulgation, pour faire passer efficacement son message.


Portrait d'une jeune femme d'affaires prospère s'exprimant devant le public lors d'une conférence, faisant une présentation à des collègues.

Ces éléments vont jouer sur la structure de votre discours, et vous devrez en tenir compte au moment de l’écriture de votre texte.

Le temps imparti

Dans de nombreuses situations, vous disposerez d’une limite de temps, mais il est toujours bon de savoir si cette limite est impérative, ou si vous pouvez quelque peu déborder. Encore une fois, lorsque vous êtes dans l’étape d’écriture de votre discours, il sera utile de le savoir à l’avance.

La fréquence approximative des interruptions

Vous avez un temps alloué et vous en faites ce que vous voulez. Mais il arrive qu’ils se produisent. Si vous faites un exposé sur les produits d’une société, des interventions ponctuelles peuvent s’insérer dans votre discours pour apporter des explications plus techniques à l’auditoire. C’est donc une bonne idée d’essayer de savoir à quelle fréquence ces interventions auront lieux, et quel en sera leur minutage, afin que vous puissiez ajouster votre discours en conséquence.

Affiner votre sujet

VMaintenant que vous avez une trame pour guider votre discours, il est temps de commencer à affiner votre sujet. Nous allont examiner quelques-unes des possibilités, suivant les types de discours.

Votre sujet peut être développé comme une liste de conseils pour solutionner une problématique, dont le titre serait par exemple; 10 conseils pour augmenter vos taux de conversion. Après une introduction sur ce sujet, vous passez en revue et développez tous les points de conseils.

Une autre interprétation possible de ce discours est d’utiliser l’histoire d’une personne ayant réussi à avoir de meilleurs taux de conversion. Là vous vous appuyez sur la réalité d’un personnage dans l’entreprise.

Une autre option serait de vous focaliser sur le thème de la conversion, et d’expliquer les rouages émotionnels et techniques des méthodes pour convertir, qui vont permettre à votre auditoire de comprendre tous les mécanismes.

En fait, il existe plusieurs façons d’aborder un sujet, mais il faut pouvoir donner une ambiance plus vivante que les discours traditionnels pour donner une présentation qui aura une meilleure écoute.

Bannir la complexité

Lorsque vous abordez un sujet complexe, il y a de fortes chances que votre public décroche rapidement, surtout si vous faites la démonstration de cette complexité. De plus cela va les ennuyer s’ils ne peuvent pas vous suivre. Donc, concentrez-vous sur sa simplification. Votre but doit être qu’à partir d’un sujet complexe vous arrivez à démontrer comment un profane peut le comprendre. Même un public d’experts, appréciera si vous pouvez expliquer votre sujet de manière à ce que tout le monde, (et pas seulement quelqu’un de votre domaine d’expertise) puisse comprendre.

Un conseil

Dans votre prise de parole, lorsque vous faites un exposé, assurez-vous d’inclure à quoi pourrait ressembler l’avenir si les mesures que vous prônez sont prises. Cela motive, c’est inspirant pour votre public.

Lorsqu’il s’agit de parler en public, peu de choses sont plus importantes que de connaitre son auditoire. Si vous ne savez pas qui ils sont, comment ils sont susceptibles de réagir à vos propos et comment cela peut affecter votre discours, vous pourriez avoir un certain nombre de mauvaises surprises.


Connaitre son auditoire

Une façon de lancer cette recherche est simplement de savoir qui sera invité à cette rencontre. Cela sera-t-il vos chefs de service, des collègues de travail, des clients, une entreprise avec laquelle vous travaillez ?.

Une fois que vous savez qui sera présent à votre discours, vous devriez essayer de déterminer comment ils réagiront. Par exemple, si vous prévoyez d’inclure des suggestions controversées sur ce que vous pensez que l’entreprise devrait faire, vous devriez peut-être, envisager de soulever le sujet avec vos collègues et avec vos responsables de service, afin que vous puissiez obtenir des commentaires ou suggestion avant de les inclure dans votre présentation.

Si vous prévoyez de parler devant un public d’étudiants, vous ne pourrez peut-être pas avoir une idée de chaque personne qui sera présente, mais vous devriez pouvoir vous faire une idée générale approximative.

Par exemple, si le discours est par rapport au sujet d’un cours spécifique, il sera évident qu’elle sera là. Mais si le discours est pour une conférence, alors vous n’aurez peut-être qu’une idée approximative, leurs attentes seront différentes.

Connaitre son public c’est aussi structurer un discours par rapport au niveau de contenu à inclure (expert ou profane).

Conférencier donnant une présentation dans une salle de conférence.

Interagissez avec votre public

En plus d’essayer de découvrir des informations sur votre public, vous devez également essayer d’interagir avec votre public pendant votre présentation. C’est particulièrement important lorsque vous avez un auditoire restreint. Cela l’est moins lorsque l’on est face à une salle de plusieurs centaines de personnes, puisque ces interactions deviendraient vite ingérables.

Si vous permettez à votre public de participer, faites le de manière limitée, en leur indiquant le fonctionnement qui sera utilisé par avance. Par exemple, vous pourriez dire au public de lever la main s’il y a des questions – et vous les appelerez lorsque cela sera possible. Alternativement, vous pouvez suggérer aux gens d’écrire des questions et de les poser seulement à la fin pour éviter de géner la progression du discours.

Cependant, dans de nombreuses situations, même si rien n’est prévu au niveau d’une interaction, vous devrez dégager un peu de temps sur des éclaircissements à certains de vos propos, car tous les participants n’auront pas une idée claire sur tout ce que vous dites.

Autre cas de figure.

A certains moments vous devez refuser de répondre ou trouver des moyens de contourner des questions si par exemple une personne pose à plusieurs reprises les mêmes questions ou des questions similaires (et prétend que vous n’avez pas répondu de manière satisfaisante).

Une façon dont vous pouvez réagir avec ces personnes consiste simplement à leur dire que vous en discuterez avec eux une fois le discours terminé.

Une approche adaptive

Il est essentiel d’être prêt à changer pour s’adapter au public, de s’adapter à l’environnement et à changer pour s’adapter à de nouveaux objectifs lorsque des surprises surviennent. Vous devez faire en sorte que le contenu de votre discours résonne avec le public présent. S’ils vous trouvent particulièrement stricte, ennuyeux, ils risquent de perdre tout intérêt, même si ce que vous présentez est fondamentalement bon.

Ecrire une introduction

L’une des parties les plus difficiles lors de la rédaction d’un discours consiste à écrire une introduction lors de votre prise de parole.

Voici certaines approches que vous pourriez utiliser pour améliorer votre intro, de sorte que vous ne perdiez personne avant même de commencer.

Vous savez à peu près comment le discours se déroulera, mais le faire décoller peut être assez difficile. Dans de nombreuses situations, une bonne façon de commencer un discours ou une présentation est de briser la glace. Il s’agit généralement d’une blague ou d’un exercice quelconque qui brise la tension dans l’atmosphère qui persiste avant les discours.

Si vous vous présentez devant une foule dont vous savez qu’elle sera divisée par vos propos, un brise-glace pourrait être un must. Et ce sera particulièrement bien si c’est à vos frais, si vous vous moquez un peu de vous même, car cela indiquera que vous êtes ouvert à une vision critique de vos propres croyances. Cela suggérera également que vous êtes à le coute de tout ce qui se dit ou se fait sur la thématique dont vous allez parler.

En plus des blagues, il existe d’autres brise-glace qui peuvent être tout aussi efficaces. Vous pouvez demander aux personnes du public d’effectuer un certain type d’exercice ou de réfléchir à un sujet ou à un événement pendant 15 secondes. Alternativement, vous pourriez demander répondre à une question pour stimuler la réflexion et l’écoute.

Considérez votre introduction comme un outil

Avant de pouvoir entrer dans le vif du sujet, l’introduction c’est réveiller votre public, et leur donner des raisons de s’intéresser à ce qui va suivre. Au lieu de simplement présenter un résumé général et ennuyeux de tout ce que vous avez à dire, saisissez ce momment comme une occasion de motiver le but de votre discours, et d’encourager les gens à participer. En bref, utilisez votre introduction pour vous assurer que le public est éveillé et intéressé par ce que vous vous apprêtez à faire.

Conclure sa prise de parole

Lorsqu’il s’agit de tirer une conclusion, aucun modèle ne peut vraiment être donné. Peu importe le sujet, pour finir en beauté, ou marquer les esprits, votre conclusion devra être éfficace, puissante, éloquente. La conclusion, c’est un peu comme le dessert lors d’un repas. Si il est quelconque, on ne se souviendra pas de ce repas comme étant éxellent. Si les paroles qui ferment votre discours sont à la hauteur de votre présentation orale, le public sortira conquis de votre intervention.


La Prise de Parole

Vous ne pouvez pas simplement écrire votre discours et le prononcer le lendemain, sans avoir fait des relectures.

N’attendez pas le dernier moment. Vous devriez commencer à travailler dessus bien avant la date de prise de parole. De plus, si vous le pouvez, trouvez un ami prêt à écouter votre discours et demandez lui quelques commentaires sur ce qu’il vient d’entendre. Au début, cela peut sembler gênant et embarrassant, mais à long terme, vous vous sentirez beaucoup mieux quant à la qualité de votre discours après l’avoir prononcé devant une personne et avoir reçu de nombreuses observations.

Modifications

Oui je sais nous sommes à l’ére du numérique, mais lorsque vous vous entrainez, ayez toujours une feuille et un crayon à proximité pour noter vos correctifs. C’est plus facile de prendre des notes pour se les remémorer plus tard, et cela sera payant en vous permettant d’éliminer les erreurs et les mauvais phrasés rapidement.

Chronométrer vos séances d’entraînement

Une autre chose que vous devez faire est de chronométrer vos séances d’entraînement. Tant que vous ne savez pas comment se déroule votre discours, vous ne pourrez pas savoir si vous pouvez ajouter plus de contenu ou en supprimer. Si vous trouvez que vous prenez trop de temps, essayez de déterminer quelles parties sont inutiles et supprimez-les.

Critique et observations

Plus tôt dans ce chapitre, nous avons parlé de la nécessité de solliciter les critiques de personnes qui entendent votre présentation. C’est important parcequ’il y a beaucoup de choses dans votre discours qui peuvent sembler étranges ou déroutantes pour quelqu’un d’autre que vous. La seule façon dont vous pouvez découvrir ces zones problématiques est de présenter votre texte à d’autre; et d’entendre ce qu’ils ont à dire. Alors faites-le. Essayez de partager votre présentation au plus grand nombre de personnes possible. Et demandez de critiquer honnêtement ce que vous avez fait et de faire des observations sur la façon dont vous pouvez vous améliorer.

Comment prononcer votre discours

Quand il est enfin temps de prononcer le discours, vous devez vous assurer d’arriver sur place plus tôt, surtout si vous ne connaissez pas le lieu

– Prenez un peu de temps pour voir votre zone de prise de parole
– Connaître la distance entre vous et le public
– En profitez pour configurer votre ordinateur portable et / ou votre projecteur.

Si vous ne faites pas cela à l’avance et que vous vous trouvez face à un soucis ou une erreur (de mise en place ou tehnique), la pression augmentera, ce qui est exactement le contraire de ce que vous avez besoin avant une prise de parole face à un public.

Ne pas s’attarder sur des erreurs

Un problème qui se pose à de nombreux nouveaux orateurs, c’est qu’ils ont tendance à s’arrêter dès qu’un souci ou une erreur se produit. Ils peuvent bégayer ou dire des mots dans le mauvais ordre parce qu’ils sont nerveux. Et, au lieu de simplement se corriger ou de passer à autre chose, ils s’attardent sur l’erreur, en s’excusant, en donnant des explications sur ce qui les ont troublées.

Bien que cela puisse se concevoir pour 1 ou 2 erreurs, ce n’est vraiment pas nécessaire de le faire et cela n’ajouten en rien au bon déroulement de l’exposé ou au discours en cours. Si ce qui a était dit était inintelligible, corrigez-vous brièvement, mais si ce que vous avez dit a été clairement compris par le public, ne vous attardez pas dessus, continuez à avancer.

Rester calme

Avant de monter sur scène pour faire votre premier grand discours ou présentation, il faut essayer de rester calme, évacuer tout stress. Maintenant, en toute honnêteté, même avec ce petit conseil de «rester calme», il est difficile de savoir exactement comment l’on va réagir. Cependant, il est absolument essentiel que vous restiez calme et que vous ne paniquiez pas.

Voici ce que je vous suggère de faire :

Soyez prêt.
Je ne peux qu’insister sur ce point. Si vous vous préparez bien pour votre discours, il y a vraiment rien à craindre. Vous connaîtrez si bien le contenu de votre discours que de le réciter devant un groupe de personnes ne sera pas un gros problème.

Faites des pauses.
On ne vous tiendra pas rigueur si vous faites des minis pauses de 3 à 5 secondes pour retrouver quelques notes. Si cela arrive souvent, cela peut être ennuyeux, mais si cela arrive 2-3 fois dans le discours, ce n’est vraiment pas grave. Dans les faits, c’est moins gênant que si l’orateur panique à plusieurs reprises.

S’excuser.
Alors, ne vous excusez pas du tout ou, tout au plus, dites quelque chose comme “Je suis désolé. Donnez-moi juste quelques secondes pour me retrouver”.

Utilisez des notes et / ou une aide visuelle.
C’est pratique de pouvoir s’appuyer sur une présentation PowerPoint ou sur une autre forme d’aide visuelle. Cela va vous servir d’aide mémoire pour ce que vous êtes censé dire ensuite. En revanche, si vous ne pouvez pas utiliser d’aide visuelle, vous devez soit rédigez votre discours dans son intégralité ou prenez des notes sur une feuille de papier. Si le pire arrive et que vous perdiez le fils rouge de votre présentation, vous pouvez scanner visuellement le discours rapidement et déterminer où vous êtes censé être.

Visualiser sa prise de parole.
Visualisez tout ce qui se passe dans votre tête avant de prononcer le discours. Des études ont démontré que les personnes qui se préparent à un événement à l’avance en visualisant ce qui peut arriver, sont souvent mieux parés lorsque l’événement survient. Imaginez comment les choses pourraient bien se passer et comment elles pourraient aller de travers. Imaginez-vous en train de répondre à chaque scénario, de sorte que vous sont prêts à tout.

Conclusion

Il a été dit que l’une des plus grandes craintes auxquelles de nombreuses personnes sont confrontées dans la vie est de parler en public. Mais au moins une partie de la raison pour laquelle cette peur est si répandue est que les gens ne comprennent pas que parler en public est une compétence, acquise grâce à du travail et de la préparation. Lorsque vous êtes prêt à parler en public, ce n’est pas différent de tout autre défi auquel vous pourriez être confronté dans votre vie ou votre carrière.

Retour haut de page